Séminaire de la RFAS / Migrations et santé

Participation libre sur inscription via ce lien : 

Séminaire RFAS « Migrations et santé » | Framaforms.org

Sur site, les rencontres se tiendront dans les locaux du ministère de la Santé et de la Prévention, au 18 place des Cinq-Martyrs du Lycée Buffon à Paris (métro Gaîté, Pasteur ou Montparnasse) en salle 2154R. Il sera également possible de participer via un lien Teams qui sera envoyé aux inscrit·e·s avant chaque séance.

La Revue française des affaires sociales (RFAS) organise au printemps 2023 un séminaire scientifique sur les liens entre migrations et santé afin de préparer un dossier dont la publication est prévue à l’automne 2024. Si la migration a été thématisée dans de nombreux articles de la revue, elle n’a pas été l’objet d’un numéro spécifique depuis 2004 et un dossier intitulé « Circulations migratoires : nouvelles dynamiques des migrations »[1]. Depuis cette publication le contexte migratoire a évolué, suscitant un clivage politique important. Surtout, les conséquences de la migration mais aussi des conditions d’accueil des personnes sur leur santé sont de plus en plus documentées. Les dispositifs de soin sont aujourd’hui saturés de demandes ou en difficultés pour répondre aux sollicitations.

Quatre thématiques, et autant de séances, vont permettre de structurer les échanges et la réflexion. Les deux premières séances vont permettre de comprendre les tensions dans la manière dont le soin est aujourd’hui convoqué, entre sélection et prévention, mais aussi comment la prise en charge en santé des personnes migrantes est devenue un enjeu de santé publique majeur. La troisième séance discutera des effets de la migration et des procédures sur l’état de santé des personnes. Enfin la dernière séance apportera un éclairage international tout en assurant un échange sur la dimension prospective, plus particulièrement par rapport aux effets du dérèglement climatique et les manières d’anticiper ses effets sur les migrations.

À la suite de ce séminaire, un appel à contribution sera diffusé en juin 2023 avec une réception des articles fixée à mars 2024.

Séance 1 : le jeudi 2 février 14h – 16h30

Migration et santé : sélection, prévention et soin

Cette première séance de séminaire questionnera les liens généraux entre migration et santé aujourd’hui, que ce soit en amont de la migration, pendant celle-ci ou à travers les procédures de régularisation. Il situera les enjeux de l’accueil des personnes migrantes en situation de précarité et problématisera le soin en contexte migratoire.

À cet égard nous discuterons par exemple des manières d’évaluer la vulnérabilité des demandeurs d’asile à la suite des directives européennes du 26 juin 2013 transposées en droit interne en juillet 2015 par un décret en Conseil d’État. Il sera aussi question du titre de séjour pour raison de santé qui a été instauré en 1998 et dont les conditions de délivrance sont aujourd’hui très controversées. De manière générale cette séance discutera de la manière dont les soignants peuvent être sollicités, entre attente thérapeutique et besoin d’expertise (plus particulièrement à travers la rédaction d’un rapport médical). Une attention particulière sera également portée à l’agentivité des demandeurs d’un tel titre de séjour, en analysant la manière dont ils façonnent le soin en contexte migratoire.

  • Estelle d’Halluin(Université de Nantes, Fellow ICM). Repérer et protéger les sujets vulnérables : quelles reconnaissances dans le champ de la demande d’asile ?
  • Simeng Wang (CNRS, Cermes3, Fellow ICM). Pédopsychiatres, assistantes sociales et parents d’enfants malades : Des migrants chinois en situation irrégulière face à la « clause de maladie ».

Séance 2 : le jeudi 9 mars de 14h à 16h30 

Migration et santé publique

La prise en charge en santé des personnes migrantes est devenue en enjeu de santé publique majeur. Cette séance sera l’occasion de questionner les catégories en lien avec la migration et les effets de ces catégorisations sur l’action publique.

Les intervenant·e·s de la séance reviendront sur les conditions de vie et de travail des personnes migrantes, notamment du point de vue de la santé, ainsi que sur les inégalités sociales de santé qui leur sont relatives. Elles peinent généralement à trouver des solutions pour s’insérer dans des parcours de soins, en dépit d’une diversification des dispositifs d’accès à la santé.

Quels sont les rôles des associations, des ONG humanitaires et de l’hôpital ? Comment l’hôpital s’adapte-t-il à l’évolution des profils des patients ? Il sera ainsi question de la nécessaire adaptation des dispositifs de soin, notamment à travers les interprètes ou médiateurs. En France, la loi de modernisation du système de santé de 2016 affirme que « la médiation sanitaire et l’interprétariat linguistique visent à améliorer l’accès aux droits, à la prévention et aux soins des personnes éloignées des systèmes de prévention et de soins, en prenant en compte leurs spécificités. » La loi renvoie au référentiel de compétences, de formation et de bonnes pratiques sur l’interprétariat linguistique dans le domaine de la santé de la Haute autorité de santé, qui vient asseoir l’importance de l’accès à l’interprétariat linguistique et professionnel dans le soin.

  • Estelle Carde (Université de Montréal). Cadrage théorique sur les inégalités sociales de santé.
  • Céline Gabarro (Université de Lille, Fellow ICM). L’accès à l’Aide médicale d’État (AME)
  • Anaïk Pian (Université de Strasbourg, LINSC, Fellow ICM). Les interprètes : un groupe professionnel en construction à l’intersection du médical, social et juridique (titre provisoire)
  • Jean-Charles Basson (LASSP, CRESCO, Université Paul Sabatier Toulouse III) et Fabien Maguin (La Case de santé). Migration et santé publique. Le cas de la Case de Santé de Toulouse (titre provisoire)

Séance 3 : le 28 mars de 14h à 16h30

Corps et santé

Cette séance de séminaire vise à discuter des effets de la migration sur les corps. En effet les éventuelles routes migratoires, les conditions d’accueil, comme la précarisation vont avoir d’importantes conséquences sur la santé somatique et mentale des personnes. D’ailleurs les professionnels de santé se trouvent parfois en difficulté pour pouvoir caractériser les pathologies qui pourraient être en lien avec la situation des patients migrants.

Une intervention reviendra sur l’intérêt de la recherche épidémiologique sur les populations migrantes et les enjeux scientifiques, politiques et pratiques à leur conduite. Une autre discutera des traumatismes potentiels vécus par les personnes migrantes et les modalités de prise en charge qui seraient adaptées. La littérature internationale documente, en effet, une prévalence importante de certaines pathologies, comme le stress post-traumatique (TSPT). Enfin une dernière intervention problématisera l’exercice d’une médecine de l’exil en lieu-frontière et questionnera comment les professionnels de santé poursuivent leur travail de soin auprès des exilés dans un espace contraint.

  • Stéphanie Vandentorren (Santé publique France), Fellow ICM, sur les données épidémiologiques
  • Marie-Caroline Saglio (Institut convergences migrations) sur le psychotraumatisme
  • Chloé Tisserand (Université de Lille) sur le soin en contexte humanitaire

Séance 4 : jeudi 30 mars de 14h à 16h30

Dynamiques internationales des migrations et éléments de prospective

Cette dernière séance sera l’occasion d’élargir la focale d’analyse, en termes géographiques et temporels. Nous discuterons à la fois des dynamiques internationales des migrations passées, en cours, à venir et des enjeux de prospective. Que peut-on prévoir des dynamiques migratoires futures ? Quel est le lien entre crises environnementales et politiques, enjeux de développement, inégalités de santé d’une part et migrations d’autre part ? Enfin, comment les acteurs publics, des États aux collectivités territoriales, se préparent-ils à ces évolutions ?  

Une première intervention présentera les facteurs structurels des migrations mondiales; les réalités migratoires dans les différentes régions du monde et les éléments à partir desquels il est possible de réfléchir aux évolutions à venir des flux migratoires. Une seconde intervention examinera les enjeux liés aux migrations dans les domaines de santé publique relevant des compétences des villes, à partir du cas de Paris. Elle reviendra notamment sur les enjeux de santé sexuelle, mentale, scolaire et d’accès à la vaccination et de promotion de la santé.

 

Catherine Wihtol de Wenden (Directrice de recherche émérite au CNRS, CERI, autrice de Atlas des Migrations. Des solidarités à construire, 6ème édition, Autrement, 2021).  

Les dynamiques migratoires à l’échelle mondiale aujourd’hui et demain.

 

Armelle Andro (Professeure IDUP à l’Université de Paris1 Panthéon-Sorbonne et Responsable Scientifique de la Direction de la Santé Publique à la Ville de Paris). Migrations et enjeux de santé publique à l’échelle des villes. 

[1] [En ligne] : https://www.cairn.info/revue-francaise-des-affaires-sociales-2004-2.htm